warm-up
14/12/2021

Les différents types de warm-up

Vous prévoyez d’organiser un atelier pour votre équipe ? Vous souhaitez essayer de nouvelles choses pour stimuler leur créativité ? Quelle que soit la raison pour laquelle vous le faîtes, vous pouvez opter pour un bon exercice d’échauffement (warm up) pour vos besoins en matière d’UX DesignLes ateliers sont essentiels pour établir une compréhension commune d’un problème et de ses solutions par plusieurs utilisateurs. Dans cet article, on va parler des différents types de warm-up.

Qu’est ce qu’un Warm-up ?

Un Warm-Up est un ensemble d’exercices ayant pour but d’aider les participants à se détendre et à se familiariser avec une activité de groupe ou une situation d’apprentissage.

On parle aussi d’une initiation à la pensée out-of-the-box, c’est-à-dire s’échapper d’un cadre de croyances pour penser différemment et poser un nouveau regard. 

 

Tout comme les sportifs échauffent leurs muscles, on échauffe notre cerveau pour une meilleure performance. 

 

Cet atelier créatif est donc mis en place avant le début d’une réunion afin de promouvoir le travail en équipe et soutenir certaines attitudes de travail. 

 

Dans le cadre d’un projet UX,le warm up peut être exécuté soit lors du commencement d’un atelier d’idéation, soit lors d’une pratique d’un team building concernant la conception, wireframing ou prototypage d’un produit.

Pourquoi faire un warm up ?

  • Créer une atmosphère de groupe positive
  • Aider les gens à (mieux) se connaître.
  • Faire tomber les barrières sociales
  • Réduire la pression
  • Donner de l’énergie
  • Distraire le groupe temporairement pour mieux se concentrer ensuite
  • Préparer l’équipe à un certain mode de travail / phase / état d’esprit

 

Vous pouvez utiliser les warm-ups pour modifier le comportement des participants en brisant leur carapace et en les encourageant à s’engager davantage et à interagir socialement.

 

Les activités d’échauffement donnent un aspect passionnant et engageant à l’atelier de travail. Elles permettent aux participants de se lever de leur chaise, de s’engager socialement et de s’amuser, tout en trouvant des idées créatives.

Comment ça se passe ?

Il existe différents types et méthodes de warm up. 

 

Chaque atelier diffère selon votre public et les personnes avec lesquelles vous travaillez. En effet, il est important de prendre en compte l’humeur de chacun et les circonstances du moment. Il faut adapter les exercices en fonction. 

 

Ainsi, lorsque vous planifiez un warm-up, assurez-vous qu’il :

 

  1. se déroule avant les activités principales de l’atelier
  2. ne prends pas trop de temps 
  3. soit  significatif et pertinent pour les participants
  4. soit aussi bien préparé et répété que toute autre activité de l’atelier

 

De plus, il est important que chaque participant qui rejoint l’atelier laisse son statut à la porte. Qu’il soit PDG, directeur technique, chef de projet, concepteur ou stagiaire, les idées et les commentaires de chacun ont le même poids. Toute personne peut apporter de nouvelles idées. 

 

Pour commencer, il faut donner aux participants des instructions claires. N’hésitez pas à faire une courte démonstration afin que votre public comprenne mieux l’activité.Veillez à expliquer au groupe ce qu’est une activité de warm-up, pourquoi elle est importante, quelles sont les règles et vos attentes.

 

Il faut maintenant que les participants collaborent et apportent des idées stimulantes en rapport avec le contexte défini. Les idées proviennent des expériences d’une personne. Mais ces expériences sont ancrées à différents niveaux cognitifs, et il peut être difficile d’y accéder. Certaines expériences et idées apparaissent facilement par le biais de la communication explicite, qu’il s’agisse de parler ou d’écrire. D’autres expériences et idées relatives à la façon dont nous faisons et fabriquons les choses sont ancrées à un niveau cognitif plus profond et nécessitent donc des activités différentes pour les extraire.

 

On va donc voir ensemble différentes méthodes, différents exercices permettant aux participants d’atteindre de nouveaux champs de réflexion et développer leurs capacités à créer.

Les différentes méthodes

Exercice d’imagination 

 

L’improvisation est un excellent moyen pour développer son imagination. Dans ce type d’exercice, les participants sont amenés à se mettre dans la peau d’un persona type et à imaginer ce qu’il serait capable de faire. 

 

Il faut donc commencer par créer des personas (sous forme de cartes par exemple) que les participants pourront observer. Chaque carte est composée d’une petite description du persona : son prénom, son nom, son âge, son métier, ses activités préférées, ses qualités, ses défauts, sa situation familiale, ses peurs, etc. 

 

Ensuite chaque participant est demandé à se mettre dans la peau d’un des personas. On laisse généralement un peu de temps aux participants pour se mettre à l’aise avec leur nouvelle personnalité. 

 

On va par la suite leur poser plusieurs questions sur divers sujets en leur demandant de répondre au nom de leur persona. Les sujets diffèrent en fonction du thème et de l’objectif que vous avez choisi pour votre atelier.

 

Après un premier tour, les participants vont échanger leur persona pour ainsi faire varier leurs points de vues et leurs idées. Cet exercice est très efficace car il permet aux participants de sortir de leur zone de confort et d’aller vers des points de vue et des problématiques auxquels ils n’auraient jamais imaginé.

Exercice d’itération

L’itération se définit à travers un processus de répétition d’un ensemble d’opérations pour arriver à un résultat voulu. 

 

Il existe un exercice de warm up appelé la tour d’itération. Il consiste en fait à former des équipes au sein des participants puis de leur demander à l’aide de pailles en plastiques et de marshmallows de construire la plus haute tour possible en l’espace de 10 minutes. 

 

Chaque équipe doit élaborer son processus de construction et l’exécuter. Les participants ne sont autorisés qu’à utiliser ces deux matériaux. Les marshmallows doivent être situés en haut de la structure. La tour doit pouvoir tenir toute seule pendant au moins 10 secondes.

 

Au terme de ce temps imparti, on regarde quelles équipes ont été plus performantes. Cet exercice démontre en effet que les équipes qui ont  suivi un schéma particulier de répétitions se sont mieux débrouillées que celles qui n’ont pas travaillé de manière itérative. 

Cet exercice permet donc d’observer comment les participants s’organisent en équipe et comment ils mettent en place une méthode et un plan. De plus, on peut voir aussi comment ils réagissent face à un échec.

Exercices d’idéation

Lorsqu’on travaille en équipe et que l’on a un problème à résoudre, il nous faut produire un maximum d’idées pour trouver une solution. Il existe de nombreux exercices créatifs visant à obtenir le meilleur de chaque participant et à résoudre un problème de la bonne manière.

On va voir plusieurs exemples : 

Les six chapeaux de Bono

Cette méthode consiste à rechercher une solution à une problématique à travers 6 phases bien distinctes.

Chaque phase est représentée par un chapeau de couleur symbolisant une façon de penser. 

Pour commencer, chaque membre du groupe doit mettre son chapeau imaginaire et réfléchir à la problématique à travers le mode de pensée correspondant à la couleur. 

Chaque chapeau, une couleur et chaque couleur un mode de pensée : 

  • Le chapeau blanc : il représente la neutralité. Le participant doit répondre à la question suivante: quels sont les faits ? de manière simple et impartiale
  • Le chapeau rouge : il fait référence aux émotions et aux intuitions. Les informations apportées par les participants sont émotionnelles, sentimentales. Il ne se justifie pas. Il dit ce qu’il ressent avec passion. 
  • Le chapeau noir : le participant doit incarner le pessimise. Il expose les risques, les dangers, les obstacles, etc. Il aide à démontrer les points négatifs. 
  • Le chapeau jaune : il symbolise l’optimisme. Le participant exprime les avantages, les opportunités. Il parle de ses rêves et de ses espoirs. 
  • Le chapeau vert : il exprime la créativité et la recherche d’idées pour trouver toutes les solutions possibles.
  • Le chapeau bleu : il correspond à l’organisation. Le participant analyse les faits, canalise les différentes idées. Il maintient une discipline afin que tout se passe bien.

Chaque session débute avec la présentation de la problématique et du déroulement de l’atelier. Le facilitateur énonce l’ordre de l’utilisation des chapeaux et le temps imparti pour effectuer l’exercice. L’atelier débute toujours avec le participant qui porte le chapeau bleu puisque c’est lui qui va faire en sorte que tout se déroule correctement. 

 

Une fois la problématique énoncée, chaque participant va donc analyser la situation et trouver toutes les alternatives possibles à travers le mode de pensée attribué. 

 

Cette méthode permet donc de : 

  1. observer la situation sous des angles et des points de vue différents
  2. explorer des champs de réflexion nouveaux
  3. prendre les bonnes décisions
  4. connaître et surmonter les difficultés de communication
  5. trouver des solutions adaptées
  6. éviter les conflits

Le moodboard

Le moodboard est une présentation visuelle réalisée à partir d’images et de matériaux. Cette technique de collage permet de s’exprimer de manière rapide et visuelle. 

Parfois, il peut être difficile de construire des images avec des mots. Le moodboard permet donc d’exprimer une perception, un ressenti mais aussi d’imaginer à quoi pourrait ressembler un design.

 

Le modérateur propose aux participants un grand nombre de divers visuels. Ils peuvent représenter des personnes, des objets, des personnages. Vous pouvez aussi laisser les participants apporter leurs propres visuels. 

 

Ensuite, chaque participant devra sélectionner entre 5 et 15 visuels qu’il collera sur une grande feuille de façon à illustrer son opinion et ce qu’il ressent par rapport à un sujet. 

 

Cet exercice ludique permet d’exprimer sa créativité. Il est généralement très apprécié par les participants car c’est un outil de communication universel. 

Le cadavre exquis

Non, ce n’est pas la chanson de Serge Gainsbourg 😂 C’est un exercice d’écriture collective. Chaque participant va avoir en main un post-it dans lequel il va noter un petit bout de phrase. Il va ensuite le dissimuler à la personne suivante en pliant la feuille pour cacher une partie de la phrase. Chacun va donc devoir écrire à son tour un mot en se basant sur la partie dévoilée du post-it puis à la fin on obtiendra une phrase, souvent très étonnante. 

 

Ce jeu amusant permet aux participants de dépasser la réalité et d’accéder à un imaginaire beaucoup plus riche.

Le crazy 8’s

Le crazy 8’s est un exercice où les participants devront dessiner. Chaque utilisateur va avoir une feuille de papier composée de 8 cases. Dans chaque case, le participant devra dessiner une solution différente pour répondre à une même problématique en un temps imparti. Généralement, les utilisateurs ont 8 minutes pour dessiner leur 8 solutions. 

 

Lorsque le temps est écoulé, chaque participant présente ses dessins aux reste des membres puis en sélectionne 3 qu’il doit développer pendant quelques minutes. Puis les participants se mettent d’accord sur la meilleure solution. 

La pâte à modeler

On donne aux participants de la pâte à modeler et on leur demande de créer un objet physique qui représente leur modèle mental d’un sujet en particulier. 

 

L’animateur commence donc par expliquer comment va se dérouler l’activité. Il présente nu sujet au groupe et laisse aux participants quelques minutes pour y réfléchir en silence. 

 

La première étape est de réfléchir à la construction de leur modèle mental sur une feuille en papier à l’aide d’un crayon. Ils ont à peu près 5 minutes. Puis ensuite ils doivent commencer le modelage. 

 

Lorsque le temps est écoulé, chaque participant présente son modèle mental en pâte à modeler. L’animateur, ainsi que les participants doivent prendre des notes et par la suite, ils partagent les idées qui résultent de cette activité.

L’échauffement physique

Tout comme avant une séance sportive, l’échauffement du corps est nécessaire pour libérer votre potentiel créatif.

Demandez aux participants de faire 2 séries de plusieurs petits mouvements: 

  • 10 sauts américains ou jumping jacks 
  • 20 windmills ou mouvements de moulin à vent avec les bras
  • 2 pirouettes dans les deux sens 

 

Si vous voyez que ces mouvements ne fonctionnent pas, il en existe plein d’autres. Soyez créatifs ! 

Conclusion

Le warm-up est donc une activité intéressante dans le domaine de l’UX Design. Elle permet de construire sur de bonnes bases tout en favorisant la créativité. Ces exercices permettent en effet de mettre votre équipe à l’aise, de faire connaissance, de les confronter et de les libérer de diverses contraintes. 

 

Organiser ce type d’activités avant le début d’un projet permet d’installer un contexte convivial, propice à la créativité et à l’ouverture de soi. 

 

De plus, ces ateliers vous permettent de découvrir leurs expériences respectives.  Cela vous aidera à obtenir des informations précieuses sur la façon dont ils apprennent, se comportent et se sentent au sein d’un groupe

0 articles | 0
Commander
Prix TTC et livraison offerte