ooux
19/11/2020

OOUX : pour des interfaces plus intuitives

L’OOUX est une approche d’UX design orientée objet, destinée à organiser le contenu d’une interface selon le modèle mental construit par l’utilisateur.

En effet, l’OOUX consiste à faire l’abstraction des éléments de l’interface en les représentant sous forme d’objets. Ensuite, elle met en valeur la logique qui leur relie et les actions procédurales qui en découlent.    

 

Dans cet article, nous allons expliquer le principe de l’OOUX, comprendre comment le mettre en œuvre et citer certains de ses avantages.

OOUX : qu’est ce que c’est ?

L’OOUX est une  méthode de design d’interaction et d’architecture de l’information, inspirée de l’approche orientée objet et développée par Sophia Voychehovski. C’est une approche “content first” qui met en avant le contenu, avant d’incorporer les utilisateurs dans la démarche de conception. 

 

L’OOUX inspire la façon d’organisation du contenu d’une interface, à partir de la perception de l’utilisateur. En effet, ce dernier conçoit son environnement réel comme un ensemble d’objets avec lesquels il interagit. Donc, avant de se pencher sur la définition des composants de l’interface, l’UX designer doit commencer par la conception des objets.

 

Il s’agit d’organiser les données et de les rassembler dans des moules structurants qui sont les objets. L’objet constitue l’entité pivot de l’approche OOUX avec laquelle l’utilisateur peut communiquer en envoyant et en recevant des messages. 

 

L’abstraction des objets précède la définition des flux d’actions relatives à ces artefacts. L’objectif de cette démarche est de concevoir une organisation cohérente, claire et logique des contenus.

 

Concrètement, l’OOUX renseigne l’UX designer sur les meilleures options pour l’organisation du contenu dans une interface. Ce qui lui permet de produire des pages plus ergonomiques et plus efficaces assurant une navigation contextuelle et claire à l’utilisateur.

 

Quant au développeur, cette approche lui donne une vue plus explicite sur le contenu de chaque objet et ses relations avec les différents artefacts. Cela lui permet d’anticiper les implémentations favorables à mettre en place pour traduire les fonctionnalités requises en code.

 

Par ailleurs, l’OOUX favorise les connexions entre les experts UX, les UI designers et les développeurs outre les autres professionnels qui travaillent sur le projet. Le but est de concevoir un système qui offre une expérience utilisateur optimale.

 

Pour aller plus loin, voir cette brillante conférence de Sophia Voychehovski :

L’OOUX : une approche structurante

L’OOUX emploie le principe d’encapsulation afin de regrouper les données et les actions au sein d’une structure compacte qui est l’objet. Ces données dépendent étroitement de ce dernier et ne sont pas accessibles par d’autres artefacts. De même, elles ne peuvent pas être modifiées par un autre objet.

 

La méthode OOUX (source : Sophia Voychehovski)

La méthode OOUX

L’élaboration de cette approche passe par différentes étapes :

 

Définir les objets

Le travail commence par l’extraction et la cartographie des objets du système à analyser. Ces objets peuvent être repérés à partir des wireframes, des prototypes et des résultats de recherche des utilisateurs. Après quoi, les membres de l’équipe du projet peuvent collaborer ensemble pour modéliser les objets comme suit :

  • Se servir de post-it afin de mettre en valeur l’ensemble des artefacts et leurs propriétés. 
  • Aligner horizontalement (ou verticalement) les post-it, où chaque ligne (ou colonne) est réservée pour un seul objet.

 

Dans chaque ligne, chaque post-it désigne une métadonnée ou une propriété ou un objet lié à l’artefact en question. 

 

De ce fait, chaque ligne de post-it décrit le contenu de chaque objet, avec :

  • un nom : livre, chanson, voiture, etc.
  • des propriétés :  nombre de pages, durée de la chanson, couleur, etc.
  • des métadonnées (un ensemble structuré d’informations, comme une date, une description, etc). Ces informations sont utiles notamment pour les fonctionnalités de tri ou de recherche d’une information sur l’interface.
  • des objets imbriqués : auteur, artiste, marque. 

 

Certaines versions d’OOUX peuvent comprendre des permissions optionnelles, comme le contrôle d’accès.

 

Définir les liaisons entre les objets

Cette étape dévoile les interdépendances entre les objets. Pour ce faire, il suffit d’insérer l’objet (1) en liaison avec un autre objet (2) sur la ligne (ou la colonne) de description de l’objet (2).

 

Aussi, cette phase donne un aperçu sur le fonctionnement du système. De ce fait, il devient plus facile de comprendre les rôles des utilisateurs et anticiper les actions qu’ils envisagent de réaliser pour interagir avec le système.

 

Établir les priorités entre les éléments d’un objet

A l’issue de l’étape précédente, l’équipe de conception dispose de l’ensemble des objets nécessaires pour la modélisation OOUX. Pour simplifier davantage la tâche, elle a tout intérêt à réorganiser les données de chaque objet selon un ordre de priorité, du plus au moins important. 

 

Ce travail peut prendre un peu de temps vu les itérations que l’équipe peut réaliser pour affiner la modélisation des objets.

 

Définir les interactions avec l’ensemble des objets

Cette étape consiste à définir les interactions relatives à chaque objet. Par exemple : ajouter au panier, lire un extrait d’un livre, zoomer une photo, etc.

 

Test et itération

Idéalement, la mise en place de l’approche OOUX doit être clôturée par une phase de test. Il est pertinent de créer un prototype, ou un Produit Minimal Viable (MVP) sur la base de la carte visuelle élaborée et de le faire tester par l’utilisateur cible.

 

L’UX designer peut enregistrer la session de test et prendre des notes concernant le feedback de l’usager. En discutant ces informations avec les autres membres de l’équipe, ces professionnels peuvent identifier les lacunes dans leur conception, les points de frictions qui gênent l’utilisateur et définir les options d’amélioration.

 

Le test et les itérations assurent une collaboration durable entre l’équipe du projet et le client pour ajouter, éliminer ou redéfinir des objets dans l’objectif de s’aligner au modèle mental de l’usager.

 

Schéma de Garrett

Schéma de Garrett

Les avantages de l’OOUX

L’OOUX apporte un lot d’avantages considérables, car elle permet de : 

 

  • Favoriser la réutilisation des objets grâce au principe de l’héritage. 

 

  • Expliciter la modélisation du système qui va être plus simple et épurée de toute complexité accidentelle. Notamment, la définition d’objets indépendants en amont du processus de conception évite la duplication inutile de ces derniers, au fur et à mesure de l’avancement dans le projet.

 

  • Optimiser la gestion et la mise à jour des objets.

 

  • Créer des APIs consistantes à l’aide d’objets portables, qui s’adaptent aux différents environnements logiciels et matériels.

 

  • Donner aux membres de l’équipe de conception une vision plus claire sur les relations entre tous les objets du système, ce qui les aide à jauger la performance du user journey établi.

 

  • Une hiérarchisation plus cohérente du contenu et des composants de l’interface, ce qui conduit à une navigabilité intuitive, une meilleure accessibilité et une meilleure compréhension de l’information.

 

  • L’OOUX aide le rédacteur ou l’UX writer à anticiper les contenus à rédiger et le ton de la voix à utiliser.

 

  • Réaliser un meilleur ranking en référencement (SEO) grâce à un contenu bien structuré.  

 

  • La production d’interfaces souples et responsives qui s’adaptent au contexte d’affichage : terminaux mobiles ou desktop.

 

  • Favoriser la communication et le partage de l’information entre les UX designers et les autres membres de l’équipe de conception et de développement. Notamment, cette collaboration aide les développeurs à évaluer la faisabilité technique de certaines fonctionnalités et à révéler quelques incohérences plus tôt. Ce qui permet d’apporter les améliorations requises avant de se lancer dans le développement effectif.

 

  • Gain de temps pour le développeur grâce au concept de réutilisation d’objets. De plus, la conception des artefacts avant les flux d’interactions épargne au professionnel d’implémenter des fonctionnalités qui peuvent être inutiles ou incohérentes avec le modèle de conception. Il est crucial de définir tout d’abord les objets, afin de déterminer exactement les actions qui en dérivent.

 

  • Une maintenance logicielle plus facile à mettre en œuvre.  

 

  • Effectuer des optimisations futures plus aisément et intégrer de nouveaux objets, sans affecter les fonctionnalités déjà existantes.

 

  • Optimiser l’expérience globale (UX), puisque la conception OOUX est alignée au modèle mental de l’utilisateur.

 

  • L’appoche OOUX aide à réaliser une estimation plus approximative du coût du projet. Notamment, après le déploiement final des interfaces. Si le client demande d’ajouter ou de supprimer une entité ou une fonctionnalité, il sera plus facile au développeur de mettre en place les rectifications demandées. Il sera également plus simple à la marque d’estimer plus précisément le coût de la modification.

 

Conclusion

L’OOUX est une approche de modélisation de contenu souple qui ne succombe pas à des règles précises pour pouvoir répondre aux objectifs du projet. 

Cette méthode permet de modéliser les composants du système, avec lesquels l’utilisateur interagit, sous forme d’objets. Ces représentations sont les plus proches du modèle mental de l’usager, ce qui garantit de concevoir une meilleure expérience utilisateur qui correspond à ses pensées et motivations.

L’OOUX aide à révéler les biais cognitifs qui poussent l’utilisateur à constituer un faux jugement contre la performance du système. Ce qui permet également de prévoir son comportement et éviter l’impact de ces biais cognitifs.

 

Un projet ?

Vous avez besoin d'un accompagnement personnalisé pour créer l'architecture de votre site / service / application ?